Colorants et additifs augmenteraient notre seuil d’hyperactivité

Actuellement, entre 3 et 6 % des enfants en âge d’aller à l’école seraient atteints d’hyperactivité. Les garçons sont plus nombreux que les filles.
Le TDAH – trouble, déficit de l’attention, hyperactivité – se caractérise par des difficultés de concentration et d’apprentissage.


La revue anglaise The Lancet du 6 septembre 2007 a publié une étude démontrant que les colorants et les additifs présents dans nos produits alimentaires, augmentent l’hyperactivité chez les enfants. La Commission Européenne a par la suite demandé à l’autorité européenne de sécurité des aliments de procéder à un examen, afin de définir les mesures à appliquer.


Le professeur Stevenson de l’université de Southampton au Royaume-Uni a déclaré « Ces découvertes montrent que les effets défavorables ne sont pas seulement constatés sur les enfants TDAH, mais peuvent aussi être constatés sur la population en général. (…) En général, les enfants qui ont pris les additifs se sont rapprochés d’environ 10% de la définition d’enfant hyperactif»


L’alimentation a en effet une grande influence sur notre corps et notre esprit.
L’industrialisation alimentaire a certes eu des côtés positifs, mais pour plus de productivité et de rentabilité, d’autres substances ont été rajoutées à ces aliments sans qu’aucune étude n’ait été réalisée sur leurs effets à moyen et long terme.
Les scientifiques commencent peu à peu à prendre conscience de ce problème qui touche chacun d’entre nous.


• Amélie Delaporte-Digard pour www.sereni.org

Retrouvez Amélie sur son site amelie-delaporte-digard.com


Amélie Delaporte-Digard pratique depuis son enfance le shiatsu et le yoga.

Amélie Delaporte-DigardAprès sa formation à Plénitude à Caen, elle devient à 18 ans l’une des plus jeunes professeurs de yoga en France. Elle continuera toujours à étudier par de nombreux voyages en Inde (Rishikesh, Pune) ainsi qu’une formation à l’école Française de Yoga à Paris.

En 2003 elle commence des études de médecine traditionnelle chinoise à l’Institut Chuzhen à Paris. Elle travaille ensuite comme acupunctrice dans un hôpital à Nankin en Chine pour développer son expérience clinique. Le massage Tuina, le Anmo, l’acupuncture lui permettront de compléter ses connaissances sur le corps.

Toujours en recherche d’excellence, elle a la chance de rencontrer le Pr Song en 2011 lors de son premier séminaire en Europe. Après une formation diplômante auprès du Pr Song, Amélie s’est spécialisée en acupuncture esthétique dans son cabinet des Champs Elysées.

Spécialiste du bien-être du corps et de son reflet sur l’esthétique, elle a créé un soin unique pour la beauté du visage qui prend en compte l’ensemble de l’être, le soin Cômense. Retrouvez ses conseils  sur son site internet amelie-delaporte-digard.com

16 rue de Marignan – 75008 Paris
06 83 27 43 50



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *