Les labels bio de l’alimentation

Souvent présents sur les produits alimentaires, les labels bio attestent de la qualité des ingrédients et des processus de fabrication. Les labels officiels ou marques certifiées garantissent tous que les composant sont issus de l’agriculture biologique et traités sans produit chimique. La différence entre les différents labels est leur cahier des charges qui peut être plus ou moins strict selon les marques.


Comment reconnaitre un bon label ?


Pour détecter si le label est un gage de qualité, vous devez identifier sa provenance. Le label peut avoir trois origines :


– Les labels reconnus par les pouvoirs publics et contrôlés par des organismes indépendants. La loi française exige que le label comporte un cahier des charges, un organisme certificateur accrédité, un certificat de conformité et une homologation.


– Les labels émanant d’un circuit privé ou semi public, qui établissent leur propre système de contrôle à partir des engagements énoncés dans un cahier des charges strict. Les labels privés se partagent un marché concurrentiel et ne partagent donc pas tous le même niveau d’exigence.


– Les appellations telles « nature » ou « protège l’environnement » fondées sur des auto déclarations des marques. Il s’agit souvent de produit qui respectent simplement la réglementation en vigueur.


AB, le label Agriculture Biologique

AB est le label officiel de l’agriculture biologique française. Déposé par le Ministère de l’Agriculture depuis 1985, ce label public impose que 95% minimum des ingrédients qui composent un produit soit d’origine biologique. Le label AB garantit l’absence de produits chimiques de synthèse. Les pesticides ont été remplacés par des produits moins polluants et les engrais chimiques par des substances organiques. La marque AB interdit également l’utilisation d’OGM.



S’agissant des produits d’élevage, les normes portent sur différents critères comme la provenance de la nourriture, l’espace vital réservé aux animaux ou l’obligation de donner des soins homéopathiques et phytothérapiques.


Pour les produits transformés, 70% des ingrédients doivent être d’origine biologique pour obtenir le label.


Le label Demeter


Demeter est une marque internationale privée de produits bio issus de l’agriculture « biodynamique». Fondé en 1932, ce label défend un mode production basé sur le respect du rythme de croissance des plantes et des animaux ainsi que le rythme de saisons. L’agriculture biodynamique a pour objectif l’équilibre entre cultures et espèces produites afin d’atteindre l’autosuffisance.


Le label garantit qu’aucun produit chimique n’est utilisé dans les produits et qu’ils sont composés d’au moins 90% d’ingrédients d’origine biologique.


Le label Nature et Progrès


Créé par une association regroupant exploitants, transformateurs et consommateurs écologistes, la marque Nature et Progrès est l’un des labels bio les plus exigeants. Son cahier des charges est plus strict que celui de la marque AB. Il intègre notamment des contraintes sociales axées sur le développement.


Nature et Progrès se distingue en labellisant une exploitation entière et non un produit, en interdisant l’utilisation de tous les produits chimiques et en limitant les traitements vétérinaires.


Le label Bio Européen


Créé en 2000, par la Commission Européenne, le logo Bio Européen d’appuie sur les mêmes réglementations que la marque AB. Les produits labellisés doivent contenir au minimum 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.


Toutefois, les règles sont moins strictes que pour la marque AB. Ce label autorise la présence d’OGM jusqu’à 0.9% et l’utilisation de pesticides lorsqu’il n’existe pas d’équivalent. Le label Bio Européen dépasse le cadre des denrées alimentaires, il réglemente également l’importation de tissus bio en provenance du Tiers Monde.


Les faux labels


On peut les trouver sur les emballages de nos produits mais cela ne garantit pas la mise en oeuvre d’une démarche environnementale.


 

Le Point Vert…


Présent désormais sur 95% des produits, cette marque distinctive ne sifgnifie pas que le produit sera recyclé. Le Point Vert assure seulement que le fabricant respecte l’obligation légale à laquelle il est soumis, à savoir contribuer financièrement au programme de tri des déchets.


Le logo « A jeter »


Célèbre, ce logo inscrit sur de nombreux produits incite seulement le consommateur à jeter l’emballage aux ordures et non sur la voie publique…Dommage qu’il faille encore le rappeler…


Il ne signifie en rien que l’entreprise contribue à la préservation de l’environnement. .


Le logo  » Préserve la Couche d’ozone »


L’inscription de ce cycle indique que le produit respecte la loi et n’utilise pas de chrolofluocarbone (CFC). Rappelons toutefois que la production du gaz CFC est interdite depuis 1996.


Le logo Matériaux et Plastiques recyclables


Cette mention signifie que le produit peut être recyclable, pas qu’il sera recyclé… La nuance est de taille face au manque d’infrastructures dédiées aux produits recyclés, notamment pour le plastique, difficilement recyclable.


La mention « Préserve l’environnement »

Il s’agit d’une mention autodéclarée par l’entreprise. Aucun organisme certificateur n’a validé la mise en ouvre d’un processus de fabrication ou de distribution respectueux de l’environnement.


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *