Pour l’année du dragon, goûtez son fruit !

24/01/2012

 

Il n’est pas de meilleur moment pour découvrir ce fruit rafraîchissant communément appelé « fruit du dragon »…


ses petits pépins noirs renferment une graisse naturelle qui stimule le transit intestinal

Le pitaya (ou « pitahaya ») provient de plusieurs variétés de cactus, en particulier du Hylocereus undatus. Long d’une dizaine de centimètres, il pèse environ 350 grammes.


Sa chair rouge ou blanche parsemée de pépins noirs, et dont le goût s’apparente au kiwi, est recouverte d’une peau épaisse fuschia ou jaune, pourvues d’excroissances coniques.


Ces « écailles » aux couleurs attrayantes lui confèrent non seulement une association prestigieuse avec le signe le plus populaire de l’astrologie chinoise, mais font aussi de ce fruit, un élément de décoration prisé.


Originaire du Mexique et d’Amérique centrale, il a été importé au Vietnam (variété à chair blanche et peau rouge) par les colons français au début du 19ème siècle.


Sa popularité en Asie du Sud-Est, grandit au point de lui faire atteindre un prix rivalisant le durian pourtant considéré comme un met de luxe. En Occident, il n’est encore que très peu consommé, et ce en dépit de son goût suave et rafraîchissant.


Côté nutritionnel, sa pulpe délicatement sucrée est chargée de vitamine C favorisant l’absorption du fer, augmentant la résistance, et à l’action antioxydante. Elle contient également fibres, fer, phosphore et calcium.


 Mais encore, ses petits pépins noirs renferment une graisse naturelle qui stimule le transit intestinal. On le dit donc très bon laxatif. En outre, elle aide à réduire le taux d’acide urique dans le sang, favorisant la prévention de la goutte.

 

• Hélène, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *