L’oenothérapie ou le bon usage du vin

Allez-vous déculpabiliser du petit verre de trop ? Qu’on se le dise : le vin a des fonctions thérapeutiques sur votre corps. A raison d’une consommation régulière mais modérée pendant les repas, le vin peut être un merveilleux allié de votre bien être. Tous à vos bouteilles, votre santé mérite un grand cru !


Un dicton français dit que « le vin est capable de traiter toutes les maladies sauf l’alcoolisme ». C’est probablement vrai lorsqu’on voit se multiplier le nombre de recherches scientifiques qui font du vin leur objet d’étude. Pasteur lui-même le disait : « le vin est la plus saine et la plus hygiénique des boissons« .


Utilisé à la fois pour réparer notre organisme interne, prévenir des maladies, préserver la peau du vieillissement et des tâches, dans les pratiques chirurgicales, le vin a mille et une vertus.


Les effets en interne

Le vin contribue avant tout,  à prévenir toutes sortes de maladies cardiovasculaires. Cette vertu curative n’est toutefois réservée qu’au vin rouge sec dont le degré de concentration permet d’élargir le diamètre des artères coronaires assurant ainsi une meilleure irrigation sanguine du myocarde, ce qui a pour conséquence l’élimination des spasmes provoqués par le stress et d’empêcher l’apparition de l’athérosclérose. Tout ceci réduit considérablement les risques de crise cardiaque.


De plus, des chercheurs ont identifié dans le vin de l’acide acétylsalicylique connu plus communément sous le nom d’aspirine, excellente pour l’hypertension car elle empêche l’agglutination des globulins ainsi que la vaso-constriction. Il a aussi été démontré que son action était efficace contre le cancer lors des processus tumoraux localisés sur l’œsophage, l’estomac et le sein.


Que les amateurs de vin blanc ou de rosé se rassurent : ces boissons ont également des effets positifs sur la santé.


Les vins blancs et le champagne seraient bénéfiques au maintien d’une activité cardiaque tandis que les vins blancs secs seraient ordonnés, parfois jusqu’à 1/2 litre par jour en cas d’athérosclérose.

Le vin rouge chaud avec du miel serait bon pour lutter contre grippe, bronchite et pneumonie.

Le rosé est excellent pour les personnes atteintes de diabète ou en état d’obésité.

Notez également que tous les vins sont bénéfiques en cas d’avitaminose car très riches en vitamines.

Les effets en externe

Le vin n’a cependant pas que des vertus internes sur l’organisme, il est également utilisé en externe, sur la peau lors de séances dites « de vinothérapie », pratiquées par certains centres de spa.

Le vin comme tout le monde le sait, résulte d’une fermentation du raisin. Ce fruit dont les pépins contiennent des polyphénols, molécules organiques 10 000 fois plus efficaces que la vitamine E dans le rajeunissement de la peau.


La vinothérapie cosmétologique qui se pratique de plus en plus dans les centres de beauté, connaît un succès grandissant en particulier chez les femmes. Les effets de lifting dont le vin a le secret sont très populaires dans le maintien de la forme de la poitrine. Et c’est en France que l’application du vin sur la peau a vu le jour. Durant des siècles, les bains de vin y ont été pratiqués.


Pour en préparer, il suffit d’ajouter une petite dose de vin dans un bain rempli d’eau ou de remplir intégralement le bain de produits concentrés en vin.

En somme, le vin regorge de plusieurs substances bénéfiques pour le corps humain. Les scientifiques et médecins conseillent son utilisation à hauteur de deux verres par jour. Toutefois nous vous recommandons de ne pas en consommer à outrance, car une consommation abusive entraîne des effets néfastes sur le foie et le cœur. Utilisé à bonne dose, le vin peut palier à plusieurs médicaments. Aussi, si vous prenez le volant, évitez d’en boire pour votre bien et celui de votre entourage.



• Badr Lebnioury, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *