L’harpagophytum, un corticoïde végétal

Douleur articulaire, arthrose, arthrite, rhumatisme, goutte, lombalgie, névralgies et maux de tête. Digestion et libération du foie.

L’Harpagophytum aide à la détente musculaire, et permet de récupérer la mobilité articulaire.

Harpagophytum procumbens, famille des pédaliacées.
Nom francisé, peu utilisé : Harpagophyton
Nom anglais : Devil’s claw root


L’harpogophytum pousse naturellement dans le désert du Kalahari et dans les semi-déserts du Botswana et de Namibie. En raison de la demande mondiale, des cultures se sont développées en Afrique du Sud et à Madagascar, mais la culture d’une plante désertique ne semble pas simple et prometteuse.


Il est étonnant dans le désert de trouver une telle plante rampante aux feuilles vertes épaisses contrastant avec le rouge violacé de ses fleurs immenses pour un tel climat (environ 8 centimètres). Posés sur le sol, ses fruits de 15 à 20 centimètres sont encadrés par des griffes. Ces griffes en forme d’hameçon ont donné le nom latin à cette plante, Harpagophytum signifiant étymologiquement « harpon végétal ». D’où aussi son surnom de « griffe du diable ». Les animaux domestiques et sauvages se prennent les pattes dans ses griffes qui restent accrochées à leurs poils ou à leurs sabots. Ce mode de dissémination simple et efficace permet à la plante de se propager facilement.


Mais la grande richesse de l’harpagophytum se passe sous terre : un long tubercule va chercher l’eau ou la fraîcheur a plus d’un mètre de profondeur permettant à des tubercules latéraux de développer les précieux éléments médicinaux. Ces racines secondaires pouvant peser plus d’un kilo sont récoltées et mises en poudre.


Les communautés bantoues et les bushmans du Kalahari utilisent depuis des temps ancestraux les vertus multiples de cette plante. Au 19ème siècle, l’Occident découvre l’harpagophytum et l’étudie. Il ne fera son entrée officielle dans la pharmacopée française qu’en 1989.


Depuis cette découverte par l’Occident, un peu moins de 1000 tonnes d’harpagophytum sauvage sont récoltés et vendus. Les cultures ne sont pas très faciles, et un système économique se cherche encore entre cueillette et culture.

Les composants


Cette plante contient des composants aux nombreuses vertus médicinales :

des harpagosides qui sont responsables des vertus anti-inflammatoires et analgésiques
des glucosides iridoïques, de l’harpagoquinone,
des phytostérols diminuant le taux de cholestérol sanguin
des bêta-sitostérols réduisant les réactions inflammatoires
des vitamines : vitamines B (B1, B2, B3, B5, B9, B12), vitamine C, bêta-carotène
des sels minéraux : silicium, calcium, magnésium, potassium, fer, cuivre, phosphore.


Bienfaits


De nombreux bienfaits font de l’hardagophytum la plante des personnes âgées, des sportifs, des personnes avec troubles gastro-intestinaux.


Bienfaits anti-inflammatoire, analgésique, anti-rhumatisme. L’harpagophytum est la plante idéale des articulations douloureuses. C’est son action la plus utilisée dans le monde.

douleurs articulaires
arthrose : dégénérescence du cartilage des articulations
arthrite : inflammation des articulations – (sauf la polyarthrite rhumatoïde)
douleurs dorsales, lombaires (lumbago),
douleurs de cheville (entorse), du genou (synovite) et de la hanche
Tendinite – Capsulite – Bursite
rhumatisme, goutte


– Bienfaits articulaires sur la mobilité



L’Harpagophytum aide à la détente musculaire, et permet de récupérer la mobilité articulaire. C’est pour cela un précieux allié pour les sportifs avant et après l’effort (tendinite, tennis elbow, raideur articulaire, choc), mais aussi pour les blessés en phase de rééducation. Son action localisée pour la détente musculaire ne passe pas par le système nerveux général.

– Bienfait analgésique naturel



Réduit ou élimine de nombreuses formes de douleurs (articulaire, névralgies, maux de tête…)


Bienfait antioxydant
Son effet antioxydant permet de ralentir le vieillissement.

Bienfaits digestifs
L’harpagophytum agit comme stimulant pour la digestion, comme apaisant pour les brûlures d’estomac, comme régulateur pour le foie, la vésicule biliaire et les reins. Il élimine l’acide urique, responsable des causes de goutte. Il est une aide dans le traitement du diabète.

Contre-indications


L’Harpagophytum est à éviter pour les femmes enceintes et pour celles qui allaitent en raison de ses effets ocytociques qui déclenchent les contractions utérines.


A éviter :

avec la prise orale d’anticoagulants.
en cas de calculs biliaires
en cas d’acidité dans l’estomac ou d’ulcère gastro-intestinal.



Certaines personnes développent une allergie spécifique à l’harpagophytum. Rare.
Parfois, un effet laxatif peut suivre un traitement prolongé. Effet secondaire sans risque.

Posologie



L’Harpagophytum se trouve sous plusieurs aspects :


– La poudre totale sèche, micronisée ou mieux : cryobroyée

2 à 8 grammes de poudre permet d’agir en période de crise, et 2 grammes en traitement de fond.
en trois temps (matin, midi et soir) plutôt pendant les repas

– L’extrait sec en nébilisat

1 à 2 grammes/jour en trois temps (matin, midi et soir) à la fin des repas.

– En infusion, soit depuis des sachets en dose, soit depuis la plante en vrac.

prendre une tasse matin, midi et soir, surtout adapté pour stimuler l’appétit.
Le breuvage est amer mais c’est justement cette amertume qui va stimuler les fonctions digestives et le foie.

– En ampoule : suivre la posologie sur la boîte


Toujours essayer au moins 3 semaines pour des effets plus profonds.
L’harpagophytum peut sans effet secondaire être pris en cure longue (moins d’un an).


• Alain Delaporte-Digard, pour www.sereni.org


bxiao



bandeau1

 



Alain Delaporte-Digard
Pendant ses nombreux tours du monde, Alain Delaporte-Digard a développé une connaissance de l’être dans sa globalité, une compréhension du fonctionnement du corps et de ses blocages, un savoir-faire amenant au savoir-être.
Il a créé avec sa femme Josiane une méthode pour réguler les flux dans le corps, la bioRégulation. Il continue à créer des SPA dans le monde entier (Giorgio Armani à Tokyo, le nouveau paquebot France, …, SPA en Azerbaidjan et au Maroc en cours)

Alain consulte dans son cabinet
Sereni SPA
16 rue de Marignan 75008 Paris
01 42 09 54 69



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *