Les baies de gattilier et leurs bienfaits

gattilierArbuste buissonnant à inflorescence en épi de petites fleurs bleu-violacé, le gattilier est vigoureux et rustique, atteignant jusqu’à deux mètres de haut et poussant sur les berges des rivières ainsi que les pentes y conduisant. Originaire de Grèce et d’Italie, le gattilier est aujourd’hui répandu dans les régions méditerranéennes et en Asie Centrale. Son fruit, la baie de gattilier, est une épice ressemblant, tant par sa forme que son arôme, au grain de poivre. Ressemblance qui a donné au gattilier le nom d’arbre au poivre.

 

Les appellations sont diverses et variées et la plupart d’entre elles font référence aux propriétés de la baie de gattilier et de ses graines. Ainsi, on utilisait les graines des baies de gattilier il y a plus de 2.000 ans en Grèce pour la préparation d’une boisson permettant de calmer la libido. Au Moyen Âge, on fabriquait des lits avec le gattilier – appelé chaste tree (arbre chaste) en anglais – et les moines du sud de l’Europe consommaient les baies pour mieux supporter le célibat – ce qui donna à ces baies l’appellation poivre des moines.

 

Règles douloureuses et irrégulières

 

Outre leurs supposés effets contre les ardeurs sexuelles, les baies de gattilier sont également utilisées en cas de règles douloureuses, et particulièrement pour apaiser la mastalgie cyclique (douleurs aux seins pendant les règles), pour régulariser le cycle menstruel ou encore pour atténuer les symptômes de la ménopause.

 

Afin que les baies de gattilier procurent au consommateur tous ses bienfaits, il est possible de les manger séchées ou d’en consommer de l’extrait standardisé ou liquide. Les actions des baies de gattilier ne sont cependant pas effectives immédiatement et il est nécessaire de prendre le traitement pendant plusieurs mois avant de ressentir une quelconque amélioration – compter généralement un à trois cycles menstruels.

 

L’auto-traitement est en revanche particulièrement déconseillé, un traitement, quel qu’il soit, ne devant être entrepris que sous surveillance médicale.

 

Elodie Poinsot pour www.sereni.org

 

 

bxiao

 

 

bandeau1



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *