Le thym, un aromate aux multiples propriétés

Le thym est un genre de plantes de plus de 300 espèces également appelé serpolet. Plante rampante ou en coussinet aux petites fleurs roses pâles ou blanches, le thym est riche en huiles essentielles et le thymol en est la principale. Bien qu’il ne s’agisse que de petits arbustes dont la taille est limitée à une trentaine de centimètre de haut, le thym est très résistant. thymIl est cependant nécessaire de renouveler les plants tous les trois ans, le goût caractéristique de ses feuilles se dissipant avec le temps. Dans le langage des fleurs, le thym est symbole de courage, d’amour durable, d’esprit de créativité, de dynamisme et de résistance physique.

 

Un allié de l’hiver

 

Utilisé comme aromate en cuisine, le thym est une plante médicinale. Préparé en tisane, il soignerait les infections respiratoires, soulagerait la toux, les digestions difficiles et drainerait le foie. A cet effet, la naturopathie recommande souvent la consommation d’infusion de thym aux personnes en chimiothérapie, ce traitement étant très destructeur pour le foie.

 

Il n’est cependant pas toujours nécessaire de boire l’infusion de thym pour profiter de ses bénéfices. En effet, celle-ci peut également s’utiliser en bain de bouche – en cas d’inflammation des gencives, pour combattre la plaque dentaire et contribuer à prévenir les caries – ou en gargarisme – en cas d’irritation de la gorge.

 

Antiseptique, le thym a des propriétés antivirale, digestive et antispasmodique. Sa consommation aide à lutter contre l’hiver en stimulant les défenses de l’organisme et en favorisant la lutte contre les états fébriles – elle favorise la transpiration salvatrice et la diurèse, désinfecte les voies intestinales, urinaires et respiratoires. D’une manière générale, le thym est à la fois un stimulant physique et intellectuel et un désintoxiquant.

 

En application externe, le thym rend une certaine tonicité au cuir chevelu et désinfecte les plaies. Enfin, il est possible d’utiliser le thym en fumigation – exposition du corps ou d’une partie du corps à des fumées ou à des vapeurs médicamenteuses – pour traiter les rhinites et les sinusites.

 

Elodie Poinsot pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *