Le konjac, plante sans calorie

konjac

 

Peu connu en Occident, cette splendide plante à la fleur rouge se développe dans les forêts de Chine, de Corée, du Japon et du Vietnam. Utilisée depuis plus de 2000 ans comme aliment : elle sert de pomme de terre aux Coréens ; au Japon, depuis le VIème siècle, le konjac se mange sous forme de vermicelles (les shiratakis) ou de gelée (le konnyaku, une pâte plus consistante que le tofu). On l’utilise aussi dans les pâtisseries et même en bonbons. En Chine, dans la province du Sichuan, le bulbe (le moyu) est consommé comme légume ou en gelée. Intrinsèquement sans goût, il peut se préparer sucré ou salé, suivant les besoins.

 

Au Japon, le konjac en vermicelle (shirataki) se cuisine comme des nouilles (sautées ou en soupe). Grâce à sa viscosité, comme l’agar-agar, il permet la préparation de gelées de fruits. Même le sukiyaki, plat  national japonais en hiver, mélange de la viande de boeuf, tofu, chou, etc… et du konjac).

 

Historiquement depuis des siècles, le konjac est répertorié comme aide thérapeutique contre les troubles intestinaux, le cancer, le cholestérol, le diabète. Deux grandes caractéristiques en font un aliment (ou un alicament) différent de tous les autres : il est hypo-calorique et absorbe l’eau de façon phénoménale. En effet, le konjac est le champion du monde anti-calorique (avec seulement 3 à 4 calories pour 100 grammes !). Aucun autre aliment ne peut approcher cette performance, même pas les salades. De plus, grâce à ses fibres solubles, il absorbe l’eau de 20 fois son volume initial. Il devient alors dans le corps une pâte gélatineuse, véritable piège visqueux pour les glucides et lipides. Ainsi, sucres et graisses seront mieux éliminés. Donc, mieux que le son, il régularise le transit intestinal, régule la glycémie et devient une base pour les régimes hypocaloriques. Pour les japonais, il participe à l’élimination des toxines dans les intestins.

 

Par contre, le konjac ne nourrit pas vraiment : minéraux et vitamines sont absents de ses fibres… Vous avez donc besoin d’utiliser en complément d’autres légumes et aliments.

 

Le plus simple et pratique en France est de consommer le Konjac en gélules : 2 à 4 gélules par jour dans un très grand verre d’eau. N’oubliez jamais qu’il faut beaucoup boire avec le konjac en raison de son fort potentiel d’absorption d’eau

 

Commandez le konjac sur la boutique de Sereni, ici

 

Josiane Delaporte-Digard
Directrice de Sereni TV

 

bandeau3

 



Josiane Delaporte-Digard
Josiane Delaporte-Digard travaille depuis plus de 30 ans dans la recherche du bien-être physique et mental. Par différentes techniques orientales millénaires et son sereni-stretching, elle réapprend à faire fonctionner le corps pour un mieux être au quotidien.

Créatrice de SPA, elle a aussi créé différentes techniques de bien-être telles que la bioRégulation et une forme nouvelle de réflexologie plantaire, mais aussi une méthode basée sur le sereni-roll et le sereni-lotus.

Josiane consulte en séance individuelle et cours yoga pour deux

Sereni SPA
16 rue de Marignan 75008 Paris
01 42 09 54 69

Pour plus d’information –> Biographie de Josiane Delaporte-Digard



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *