La canneberge, une plante méconnue

cannebergeCanneberge, grande airelle rouge d’Amérique du Nord, atoca, ataca ou encore cranberry… l’arbrisseau aux nombreuses feuilles produit un fruit comestible appelé les baies de canneberge. Si l’arbrisseau croît dans les tourbières des régions froides, c’est parce que sa culture nécessite d’énormes quantités d’eau ainsi qu’un pH acide (de 4 à 5) que ces zones humides à forte matière organiques contiennent.

 

Plante vivace qui pousse à l’état sauvage, le fruit de la canneberge – ses baies – est surtout consommé en Angleterre, en Amérique du Nord et en Russie. En France, sa consommation augmente depuis les années 2000 et son nom anglais – cranberry – tend à s’imposer.

 

L’arbrisseau ne dépasse pas 30 cm de hauteur mais ses rameaux rampants peuvent atteindre une taille de 80 cm. Les fleurs de la canneberge sont plutôt petites, ovales, ouvertes et roses. Caractérisées par leur goût acidulé, les baies de canneberge comporte une certaine densité de tanins – substances naturelles qui renferment des composés antioxydants. Bien cultivé, la canneberge est une plante qui peut vivre plus de cent ans.

 

Un allié pour la prévention

 

Si les vertus de la consommation des baies de canneberge sur l’organisme ne sont pas prouvées médicalement, certains courants de médecine alternative affirment que leurs qualités antioxydantes permet de prévenir l’apparition de certains cancers, de maladies cardiovasculaires et de diverses maladies liées au vieillissement.

 

Autres bienfaits validés par la plupart des médecins ; la prévention et le traitement des infections urinaires et de deux inflammations des gencives – gingivite et parodontite. En effet, la proanthocyanidine contenue dans les baies de canneberge aurait des effets antiadhésifs sur certaines bactéries, empêchant ainsi les bactéries responsables des cystites d’adhérer à la vessie et créant une sorte de film protecteur sur les dents et les gencives.

 

Enfin, les acides gras Oméga-3, Oméga-6 et Oméga 9 contenus dans l’huile de pépins de cranberry (et le beurre de cranberry, fait à partir d’huile de pépins) aideraient à lutter contre la sécheresse de la peau. Les bienfaits de la canneberge ne se limiteraient donc pas à ses qualités nutritionnelles mais également à ses propriétés cosmétiques.

 

Elodie Poinsot pour www.sereni.org

 

 

bxiao

 

 

produits1



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *