Le jardin japonais, le jardin zen la nouvelle tendance

Jardin sec japonais





Le jardin japonais tout le monde en parle, c’est la mode du moment. Vous souhaitez également faire de votre jardin un vrai coin de « zénitude » ? Pascal Laforge, expert et coach en jardin chez Truffaut, vous livre quelques secrets pour réaliser au mieux le jardin de vos rêves.
Vous êtes un/une pro de la méditation et vous adorez écouter de la musique zen avant de vous coucher ? Pourquoi ne pas prolonger ce plaisir jusqu’au jardin et ainsi profiter d’un véritable petit havre de paix en compagnie de Buddha ? Voici quelques conseils avant d’entreprendre la création de votre jardin japonais.



Un jardin japonais, qu’est-ce que c’est ?


« Il faut prendre des gants quand on parle de jardin japonais car il n’y a pas plus précis et traditionnel que ce jardin » met en garde Pascal Laforge. Il faut plutôt parler d’un jardin d’inspiration japonaise puisque vous n’utiliserez jamais les techniques traditionnelles du Japon. Un jardin japonais peut tenir sur 1m² comme sur 25m², il n’y a pas de règles en ce qui concerne l’espace qui lui est réservé. C’est un jardin extrêmement graphique et organisé qui se compose de peu de plantes pour qu’elles soient correctement taillées et entretenues. Chaque élément du jardin japonais (minéral, végétal et eau) à une place bien précise, rien n’est laissé au hasard. Et contrairement au jardin d’Orient où l’on y vit, le japonais, lui, est contemplatif.


Est-il possible d’avoir un jardin d’Orient partout en France ?


Aucun problème pour le jardin japonais, vous pouvez en avoir un dans n’importe quelles régions de France. En effet, il met en avant des plantes qui ne sont pas fragiles mais rustiques. Par exemple, le bambou peut vivre à des températures qui avoisinent les -20°C comme des fortes chaleurs.


Quels végétaux choisir ?


« Globalement, il y a quelques plantes stars qui composent le jardin japonais », indique Pascal Laforge. Le bambou, quelle que soit sa variété ou sa taille, fait partie intégrante de ce jardin. « C’est une plante persistante, qui a un feuillage toute l’année et très sensible au vent. Lorsqu’elle est mise en massif, elle vous protège de la vue des voisins par exemple. » Le graphisme de sa canne est visible jusqu’à un mètre du sol pour ensuite laisser apparaître son feuillage.


Ensuite, deuxième star du jardin, l’érable japonais est un arbre à feuille caduc. Ce dernier est évolutif dans la couleur, vert anis lors de la feuillaison, vert ensuite et un vert orangé l’automne par exemple et de différentes formes. « Certains ont aussi un feuillage rouge, c’est un arbre qui ajoute beaucoup de lumière au jardin », ajoute Pascal Laforge. La mousse est également très utilisée car elle permet de tapisser le sol avec des variétés qui s’acclimatent à l’ombre ou au soleil comme la sagine et le schléranthus.


A ces trois stars peuvent être ajoutés l’azalée japonaise ou mollis pour les fleurs, l’anémone du japon pour le graphisme, l’ophiopogon pour le contraste, le cornus et la pivoine Itoh pour la visibilité.


Comment l’entretenir ?


Il ne faut pas grand-chose pour entretenir un jardin japonais. L’érable aime les sols plutôt acides, vous pouvez donc ajouter un terreau de bruyères au pied de l’arbre mélangé à un autre car il est très pauvre. En ce qui concerne la plantation du bambou, il a un système racinaire très invasif. Le rhizome, la racine, peut parcourir 2 ou 3 mètres et ainsi vous vous retrouvez avec des bambous à un endroit non souhaité comme chez vos voisins par exemple. Il faut donc installer sur les contours de plantation, une barrière anti rhizomes. Vous pouvez également le mettre en pot et le problème sera résolu.


Conseils et astuces


Le côté minéral est très important dans un jardin japonais. Peu importe leurs tailles, roches, graviers, galets sont indispensables. « Si vous vivez dans un appartement, vous pouvez très bien planter un érable japonais dans un pot vernissé avec un lit de galets au pied et vous avez un jardin d’inspiration japonaise », rappelle Pascal Laforge. L’eau est le troisième code à respecter mais il faut qu’il soit discret comme une petite fontaine dissimulée sous les bambous ou la mousse ou bien un lit d’eau qui coule pour le côté zen. « Si vous avez la possibilité d’avoir un grand bassin, achetez des carpes koï, le poisson japonais par excellence ! » ajoute l’expert. Le Bouddha doit être présent dans un jardin japonais, mais là aussi, il est souvent caché et discret et rarement au premier plan.


Source



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *